Les anecdotes d’Amélie Poulain

Ce qui plaît particulièrement dans ce film c’est l’aspect universel et anodin des anecdotes concernant les personnages : Amélie aime plonger la main au plus profond d’un sac de grain, briser la croûte des crèmes brûlées avec le dos de la petite cuillère et faire des ricochets sur le canal Saint-Martin. De la même manière, les habitudes et les plaisirs de chacun sont évoqués avec légèreté et justesse. Jeunet avait déjà listé des J’aime/j’aime pas dans son court-métrage Foutaises.

amelie

En voici beaucoup d’autres !

# Les couleurs principales du film (vert, jaune et rouge) sont une inspiration directe du travail de l’artiste brésilien Juarez Machado.

# Concernant la musique du film, le hasard fait souvent bien les choses car c’est en allant sur le tournage du film, dans la voiture d’une stagiaire, que Jean-Pierre Jeunet a entendu pour la première fois la musique de Yann Tiersen. ” Je ne connaissais pas. C’était bouleversant, tellement c’était ça ! J’ai appelé, et il mixait à côté d’où on montait. On s’est rencontré trois jours après. Le quatrième, il était au boulot. Comme il finissait son album, il n’avait pas trop le temps. Il n’a donc composé “que” 19 morceaux en une semaine ou deux et il nous a permis de piocher dans tous ses disques. C’était incroyable, parce que l’on avait nos images, et il n’y avait plus qu’à choisir, et c’était la difficulté car tout marchait “.

# Où Jean-Pierre Jeunet a-t-il déniché toutes ces idées ? Tout simplement en puisant dans ses souvenirs personnels ou racontés. Au fil des ans il a listé des anecdotes, des histoires vraies insolites… Selon lui, en réunissant tout ça, il avait dix sujets de films. La difficulté a donc été de trouver un fil conducteur à l’ensemble : un personnage qui, au travers d’objets et d’histoires, change la vie des autres. ” Le film a longtemps macéré dans ma tête qu’à force de ne pas vouloir venir, à un moment, il a fini par tomber comme un fruit mûr et par s’organiser assez facilement “. C’est ainsi que le personnage d’Amélie Poulain est né.

amelie2

# Parmi les objets importants pour l’histoire du film, citons tout d’abord la vieille boîte à souvenirs qu’Amélie découvre derrière une plinthe de son appartement. Si l’on regarde de plus près, il s’agit en fait d’une boîte de bergamotes. Ce choix n’est pas anodin puisqu’il fait directement allusion aux origines lorraines de Jean-Pierre Jeunet.  Et ça n’est pas le seul élément qui fasse référence à l’histoire personnelle du réalisateur.

# Comme la petite Amélie, Jean-Pierre Jeunet avait un poisson rouge – nommé Cachalot – également suicidaire. De même, il aimait faire des ricochets sur l’eau lorsqu’il était petit. D’ailleurs, Audrey Tautou ne sachant pas faire des ricochets, la fameuse scène des ricochets sur le canal Saint-Martin a été réalisée avec des cailloux en image de synthèse.

#Autre élément, les tableaux qui trônent au-dessus du lit d’Amélie. Ils ont été réalisé par Michael Sowa, un auteur-illustrateur jeunesse dont Jeunet aime particulièrement le travail. Pour les besoins du film – les animaux des tableaux parlent – certaines œuvres de Sowa ont été recomposé numériquement puis animé.

amelie3

# Concernant l’album photo de Nino Quincampoix, il ne s’agit absolument pas d’une invention sortie tout droit de l’imaginaire du scénariste. Non, en réalité il s’agit d’une référence à la collection de Michel Folco, photographe et écrivain : ” C’était il y a vingt ans. J’ai été pris d’une curieuse manie: redout de marcher sur les crottes de chien, je regardais constamment au sol. On trouve beaucoup de choses sur les trottoirs, moi ce sont les photos qui m’ont intéressé. J’en ramassais et j’ai commencé à les accumuler. A ce moment-là, je me suis pris au jeu: j’ai eu envie de collectionner des photos trouvées, et donc d’aller en trouver dans des Photomaton et autour. J’habitais à côté de la gare de Lyon et, naturellement, j’ai cherché dans les gares “.

# Avant de faire carrière au cinéma, Jean-Pierre Jeunet a travaillé comme technicien aux PTT à Paris. ” Je suis arrivé à Paris en 1974 (…) je découvrais en même temps Paris avec cet œil neuf du provincial et c’est ce que j’ai essayé de retrouver dans Amélie, un Paris qui n’existe pas mais rêvé “. Une bonne partie des scènes ont été tournées dans le quartier de Montmartre, dans le 18ème arrondissement de Paris. Le réalisateur habite d’ailleurs tout près du “Café des 2 Moulins” dans lequel Amélie est serveuse. Depuis la sortie du film, le lieu est toujours plein, les touristes affluant comme s’il s’agissait d’un pèlerinage (15, rue Lepic). Idem pour “L’épicerie Collignon” située rue des trois frères.

★★★BONNE FIN D’ANNEE 2016 A VOUS★★★

Publicités

Une réflexion sur “Les anecdotes d’Amélie Poulain

  1. Ping: 2016年12月26日〜31日のリビュー

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s